samedi 21 septembre 2019

Guy Chaty recyclé et bonifié

En 2006, pour le n°42 de la revue Lieux d'Être, j'ai réalisé un important dossier consacré à « L'humour en poésie ». J'y présentais cinq poètes appartenant à la veine comique : Guy Chaty, Michel Deville, Alfonso Jimenez, Jean L'Anselme et Jean-Yves Plamont. Une longue introduction tâchait de décrypter les vertus et les bienfaits de l'humour, et de lui rendre en quelque sorte justice. Elle débutait par cette phrase du poète Norge :

« Je souhaite que l'esprit ludique ne soit pas interdit à la poésie. » 

Dans la présentation du poète, Guy Chaty, j'écrivais alors :


guy-chaty
Guy Chaty en 2004
Guy CHATY : drôle de zèbre, drôle… de diable ! 

Il y a « du Michaux » chez Guy Chaty, en moins cynique, en plus généreux (Ses histoires 
d’Anatole ne nous renvoient-elles pas aux mésaventures d’« un certain Plume », héros décalé et indifférent à ce qui l’entoure ?). Un ton aussi feutré de raconteur d’histoires auquel l’on s’abandonne aisément. Guy Chaty est un poète qui aime les mots à s’en gargariser. On devinerait presque parfois, en le lisant, le plaisir rare qui fait frissonner sa belle moustache de poète !
Dans ses poèmes, Guy Chaty se plaît à détourner les expressions imagées, à faire déraper le réel, à créer de l’humour en cascade, comme si l’on devait dévaler avec lui un escalier trop ciré ou si l’on devait grimper en haut d’un mât de cocagne savonné. Imaginez un peu les conséquences ! Emballé par la logique folle des mots, le quotidien vacille. Le monde, les quatre fers en l’air, se retrouve sans dessus dessous. Notre perception, nos sens en sont tout altérés : notre représentation n’est plus la même. On nage dans le non-sens jusqu’à ce que la drôlerie s’accélère… 

Il faut dévorer les Contes cruels de Guy Chaty, où son humour noir, un poil macabre, dénonce la cruauté ordinaire du monde et des gens. Guy Chaty est un moraliste satirique, et sous ses airs de ne pas y toucher, il est un observateur avisé et implacable de notre société. Il lui arrive aussi d’écrire des textes à l’atmosphère étrange et fantastique, comme Marcel Béalu, hier, nous enthousiasmait avec ses Mémoires de l’ombre.

Guy Chaty cultive encore, dans ses plants à poèmes, les « brèves » (exemple : Contradiction : Dire des bo-bards dans des cafés laids), les aphorismes, les blagues et les gauloiseries. Tout lui est bon pour communiquer de l’hilarité ambiante.

Sa poésie a le don de prendre le lecteur par la main, en ami, de le promener sans complexe sur le terrain du « je » humoristique, avec l’idée d’instruire en riant.

Dérive « honteuse » de sa vie de professeur ? Non, simplement, chez Guy Chaty, l’expression d’un humaniste qui aime vivre à cent à l’heure…


*

Treize ans ont passé depuis la publication de ce dossier et Guy Chaty, marathonien de l'humour, a continué de publier régulièrement ses textes en revues et un certain nombre de recueils. Mais, poète trop discret, il a fait sans le vouloir de l'ombre autour de lui. Bien qu'il n'ait jamais cessé de m'envoyer la plupart des ses livres, sans même que j'eus pu en faire toujours la recension, faute de temps... Je fus néanmoins ravi lorsqu'il a obtenu en 2014 le « Prix de poésie (jeunesse) des lecteurs Lire et Faire Lire » pour son recueil, À cheval sur la lune, paru en 2012 chez Soc & Foc.

Lisez donc ce drôle d'« énergumène » et découvrez-le en action !

Guy Chaty fait son cinéma, 1 extrait du DVD réalisé par Philippe Masson (2015)

Guy CHATY :
guy-chaty-a-fleur-de-peau
Né en 1934 à Bobigny (93), Guy Chaty vit à Paris.  Depuis 1977, il a une activité poétique protéiforme (publications, chroniques, notes de lectures, réflexions, etc.). Comédien, il lit aussi ses textes en public, a créé et joué de nombreux spectacles en Avignon et ailleurs. Son ancien métier de professeur à l’Université Paris XIII l’a habitué à participer à des colloques scientifiques puis littéraires. Il milite, sur tous les fronts, pour décupler l’audience de la poésie. Notamment au sein de la rédaction la revue Poésie/première et des comités de lecture de Poésie sur Seine et Interventions à haute voix.
Quelques titres : « Anatole et son chat » (1998) chez IHV, réédité en (2004) en édition bilingue français-allemand chez Editinter, « Contes cruels » (1999), « Des mots pour le rire » (2000), « Parcours » (2002), « Les espaces perdus d’Antoine » (2006) chez ce même éditeur. Présence dans plusieurs anthologies majeures dont L’Humour des poètes de Jean Orizet (1981), Les poètes et la Ville (2001) au cherche midi éditeur.

Dernier recueil paru :
À fleur de peau, Gros Textes, septembre 2019, 8 € (+3 de FP).

« Guy Chaty fait son cinéma », DVD (avec plein de poèmes de l'auteur où ce dernier joue son propre rôle) en vente directement sur son site.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire